News for mars 2011

Bruxelles: la gaufre, le Sablon et des photos

Bruxelles est une ville surprenante. A mon arrivée dans la « capitale multiple », j’ai été surpris par l’inesthétique générale de la ville. Les années 60 et 70 ont fait de cette ville un endroit sans homogénéité: une tour par-ci, un bloc moderne par là, une autoroute quasiment au centre-ville. Capitale non-officielle de l’Europe, Bruxelles est assez sale, l’image inverse de ce qu’on peut attendre de ces villes « diplomatiques » qui sont devenues capitales pour des raisons politiques plutôt qu’historiques et qui cultivent souvent un côté (trop) léché.

Bruxelles se ment à elle-même. Elle se croit capitale d’une grande puissance mondiale qui pour l’heure ne l’est que sur le papier. Elle se croit capitale d’un pays, alors qu’elle est sans gouvernement depuis plus d’une année. Les Flamands la considèrent comme leur capitale, alors que moins de 15% de la population parle le flamand. La ville cultive son bilinguisme: tout y est écrit en deux langues, on entend les annonces dans les stations se faire en flamand… mais à quoi bon? Derrière cette apparence de bilinguisme, le centre de Bruxelles vit en français et ce malgré la résistance des Flamands qui l’on vu se franciser inexorablement depuis plusieurs siècles. A 1h20 de Paris en train,  ce phénomène ne va pas s’inverser.

Mon hostel était placé en plein centre-ville de Bruxelles. J’y ai fait la connaissance d’un Nicaraguayen faisant son tour d’Europe, d’une Italienne commençant un stage à la commission Européenne. J’ai eu du plaisir à visiter Bruxelles: premièrement car j’ai pu utiliser le système local de vélo en libre-service ce qui m’a permis d’avoir une bonne vue d’ensemble. Deuxièmement, car je me suis senti bien dans les quartiers bien délimités et qui conservent une ambiance bien différente les uns des autres (les antiquaires au Sablon, les bobos à Sainte-Catherine, etc). Bruxelles n’est pas belle, mais est attachante. Les Bruxellois ont de la bonhomie et du sarcasme, ce qui m’a convenu dans cette deuxième semaine de vacances. Les cafés ne manquent pas, que ce soit pour surfer un peu, pour boire un verre ou manger une pâtisserie. Moi qui n’apprécie pas la spécialement la bière, je me suis forcé à la déguster en Belgique… et cela m’a plû.

Je ne suis pas sorti beaucoup le soir à Bruxelles, uniquement pour grignoter quelque chose dans un restaurant ou encore pour faire un tour dehors et admirer la Ville la nuit (souvent à vélo).

Comme mon auberge de jeunesse était complète un soir, j’ai décidé de visiter Bruges. La ville est magnifique, incroyable. La brûme qui l’enrobait lui donnait un côté magique. Les clochers étaient flous au loin pendant que les canaux coulaient paisiblement entre des maisons en brique. Mon hostel était en revanche affreux: pour la première fois durant le voyage, j’ai tout fait pour minimiser ma présence dans cette chambre dont le sol en lino et les vieux lits étaient particulièrement repoussants. Bruges étant une petit ville, il n’existe pas beaucoup d’endroits où il est aisé de manger seul: j’ai donc mangé dans de vrais restaurants (plutôt chers d’ailleurs) et finalement, ce n’était pas si dérangeant.

En revenant à Bruxelles, je me suis arrêté quelques heures à Gand. Gand semble être une ville beaucoup plus vivante que Bruges. Moins belle. Une journée n’aurait sans doute pas été de trop dans cette ville qui a une vie nocturne étudiante enviée en Belgique. Dans ces deux escapades en Flandres, j’ai ressenti le clivage des langues car à plusieurs reprises, on n’a pas accepté de me répondre quand je parlais en français.

Pour celles et ceux qui veulent voir les premières photos de mon voyage, vous pouvez accéder à un album photo public sur facebook:

http://www.facebook.com/album.php?aid=343649&id=724450445&l=df73de56ff

Posted: mars 10th, 2011
Categories: Voyage
Tags: , , , , , , , ,
Comments: No Comments.