miglimpo - à genève, du détail, du sens et de l'engagement

News for the ‘Politique’ Category

RIE III: Genève n’est pas Vaud

Sur RIE III (la troisième réforme de l’imposition des entreprises), la différence entre Vaud et Genève? Elle est politique et essentielle. Vaud c’est le compromis comme principe, une méthode basée dès le départ sur la recherche de consensus, un PS fort et un Conseil d’Etat avec des personnalités parmi les plus emblématiques de Suisse romande (Pierre-Yves Maillard ou Pascal Broulis).

Genève, c’est un PLR qui se voit gagner devant le peuple quelque soit le taux choisi et un ministre PDC, Serge dal Busco, en difficulté et cherchant la bénédiction de son principal allié politique. Au niveau des « compensations sociales », le Canton de Vaud augmentera les allocations familiales, etc. à hauteur de 200 millions, un véritable Etat Providence en regard de la faible proposition de 50 millions de la FER. Alors quelles compensations à Genève? L’Entente trouvera de toute façon que l’état social du bout du lac est déjà bien trop généreux, même sans ces compensations!

La cerise sur le gâteau à Genève? Une gauche sous-représentée au Grand Conseil et au Conseil d’Etat qui ne fait pas peur le moins du monde à la majorité écrasante de la droite (souvent) élargie. La gauche risque également de voir s’évanouir ses espoirs de voir la rue se révolter, le sujet étant hautement technique et ses conséquences paraître bien lointaines pour la population.

Le Président du PLR est totalement dans cet état d’esprit: c’est à la gauche de faire un effort.

 

se réjouit du vote très clair des vaudois sur RIE III et espère que la gauche genevoise en comprendra le message.

Posté par Alexandre De Senarclens sur dimanche 20 mars 2016

Pour le PS genevois, il faut négocier.

Face au résultat du scrutin vaudois sur la Réforme fédérale de l’imposition des entreprises (RIE III), Sandrine Salerno appelle le Conseil d’Etat genevois à ouvrir de réelles négociations.

Posté par Parti socialiste Genève sur dimanche 20 mars 2016

Posted: mars 21st, 2016
Categories: Genève, Politique
Tags: , , ,
Comments: No Comments.

Femmes: demander l’égalité et avoir systématiquement moins.

Une photo du G20 où tous les hommes ont été enlevés / photoshoppés.Mon engagement politique a toujours été guidé par l’inclusion dans la société plutôt que par l’exclusion. De toutes et de tous. Femmes ou pas.

J’ai toujours été contre les quotas. J’ai toujours été contre les mesures de discrimination positive pensant que le principe d’inclusion qui me tenait à cœur, guidé par davantage de liberté et de choix, allait finalement l’emporter. J’ai toujours trouvé idiot le fait qu’on appelle à « voter femmes », alors même que certaines d’entre elles tiennent des positions diamétralement opposées aux miennes. J’ai toujours cru que l’égalité des chances entre les hommes et les femmes s’établirait naturellement et serait plus forte que des règles imposées sur le papier mais qui en fin de compte serait sans sincérité réelle. Je me suis toujours dit que l’égalité des femmes et des hommes n’était plus du tout une question chez les jeunes de mon âge et que le remplacement des générations verrait l’avènement d’une société plus juste et moins discriminatoire.
J’ai cru à tout ça.

Je ne compare pas ici la place de la femme dans les années 60 à celle des années 2010, bien entendu. Mais force est de constater dans ma petite vie qui a commencé en 1981, les choses n’ont que trop peu évolué. Les avancées sont si timides qu’il suffit d’un seul petit recul pour anéantir tous les progrès que j’ai eu l’impression de vivre.

Le nombre de femmes élues en Suisse ne cesse de reculer, les propos sur la place des femmes pullulent dans les médias, le congé paternité (essentiel pour plus d’égalité) fait du surplace dans notre pays, l’avortement a été remis en cause dans plusieurs pays (Espagne, Portugal, Suisse), l’égalité salariale n’est de loin pas acquise, etc.

Oui, désormais, j’ai envie que les choses aillent plus vite car c’est une évidence, une nécessité. Les paramètres sont si nombreux (économiques, politiques et sociétaux) et la tâche est donc si grande qu’elle en paraît désespérante. La solution ne viendra pas de la société, elle viendra de politiques courageuses qui sauront créer un cadre légal favorable à l’égalité.

Oui, désormais, je demanderai plus pour les femmes car je sais qu’elles auront systématiquement moins de la société.

Posted: mars 8th, 2016
Categories: Politique, Quotidien
Tags: , ,
Comments: No Comments.

Journée du malaise pour le Président de la Confédération

Malaise en Suisse romande. La Journée des Malades était placée ce dimanche sous le signe du rire. Le Conseil Fédéral a l’habitude de diffuser ses allocutions lors des votations et élections, le jour de la fête nationale, mais aussi lors de la Journée des Malades justement. L’allocution de Johann Schneider-Ammann, Président de la Confédération, n’était pas vraiment attendue mais a créé un véritable buzz suite à la diffusion de sa vidéo sur la RTS et que vous trouverez ci-dessous. On y voit un Président de la Confédération, maladroit dans son français et dans son attitude, plus austère que jamais, qui tranche avec son discours dont le fil du conducteur est le rire. Un moment digne d’une parodie qui n’a pas échappé aux réseaux sociaux en Suisse et qui ont massivement partagé l’allocution avec un regard plus que moqueur… Une chose est sûre, cette vidéo a atteint son objectif en faisant rire bon nombre d’internautes.

Posted: mars 6th, 2016
Categories: Politique, Suisse
Tags: , , , ,
Comments: No Comments.

Chut! Les étrangers ont voté (et ils vont continuer)

En allant rendre visite à mes parents, un détail posé sur la table, m’a questionné sur la démocratie semi-directe qui fait la fierté de notre pays. Ce détail, c’était leur enveloppe de vote pour les votations du 28 février.

Mes parents vivent en Ville de Genève et n’ont pas le passeport suisse. Pourtant, ils vont être appelés à voter en 2016 sur des sujets primordiaux, notamment sur la politique culturelle de la Ville de Genève. Le MAH d’abord, puis les coupes dans la culture votées par la l’Entente élargie du Conseil municipal dans un deuxième temps.

Le fait que des étrangers résidant en Suisse depuis 8 ans au moins,  puissent s’exprimer sur des sujets importants est réjouissant. Ces étrangers suivent de près la politique municipale qui les concerne directement et profitent des prestations de la Ville de Genève. Mes parents se sont intéressés à cette votation, ont suivi scrupuleusement les positions prises par les partis, en ont parfois discuté ensemble avec leurs amis dans le même cas qu’eux, s’interrogeant parfois sur l’un ou l’autre mot d’ordre.

Est révolu le temps où ces derniers recevaient des enveloppes de vote sans vraiment savoir ce qu’elles représentaient et pourquoi on les leur avait adressées. Le fait de pouvoir s’exprimer régulièrement – avec la nouveauté des 2 tours pour les exécutifs, l’année 2015 a été riche en participation civique – les a sans doute poussé à ne plus considérer au fil du temps que le vote n’était ni un cadeau offert par les Suisses, ni un droit comme un autre, mais une obligation, un signe clair de leur citoyenneté communale.

Les étrangers veulent contribuer au renforcement de notre démocratie. La question de la nationalité n’a absolument rien à voir dans ce débat. A l’inverse, faudrait-il retirer la nationalité aux Suisse qui ne participent jamais à une quelconque élection ou votation? Bien évidemment, c’est absurde. Le vote et l’expression de la volonté générale est avant tout une question de citoyenneté, sentir que l’on fait partie d’une communauté et que notre voix comptera, est un pas incroyable. C’est construire une identité commune, des projets communs, au delà de la nationalité.

Force est aussi de constater que le droit de vote municipal a été accordé et manque passablement de cohérence dans un canton comme Genève où les compétences et les sujets sont imbriqués. Les étrangers peuvent s’exprimer sur la culture au niveau municipal, mais ne peuvent pas soutenir ou s’opposer aux crédits de la Nouvelle Comédie, votée par le Grand Conseil. Les étrangers peuvent s’exprimer sur les rues piétonnes de la Ville mais ne pourront pas voter en faveur ou contre la Traversée de la Rade.

La démocratie n’est pas un concept figé qui doit rester inchangé. Il faut refonder la démocratie, la participation. Oser l’étendre et la renforcer. On le voit partout en Europe, les partis qui appellent à davantage de participation citoyenne vont de succès en succès en Europe. Plus ce concept est évolutif, plus il sera inclusif, plus il sera fort. Pourquoi ne pas accorder le droit de vote cantonal aux personnes d’origine étrangère qui vivent depuis plus de 8 ans en Suisse? Pourquoi ne pas l’accorder dès 16 ans? Pourquoi ne pas abaisser les quorums ou le nombre de signatures nécessaires pour les référendums ou initiatives populaires? Ces questions à défaut d’avoir eu des réponses dans le cadre de la Constituante genevoise, méritent un débat non figé sur la nature de la démocratie, la manière dont nous la concevons et dont nous voulons qu’elle progresse encore, ici et ailleurs.

Posted: février 27th, 2016
Categories: Genève, Politique, Suisse
Tags: , , , , , , ,
Comments: No Comments.

Mariage pour tous: des députés verts se mobilisent à Genève

Les Verts genevois se mobilisent contre l’initiative populaire du PDC soumise au peuple suisse le 28 février prochain. Deux courtes vidéos que j’ai eu le plaisir de réaliser rappellent ainsi que près de 7% des Suisse n’auront peut-être jamais la chance de prononcer des mots aussi simples que mariage, mari, femme, époux ou épouse, si l’initiative du PDC est adoptée par le peuple suisse. Les députés des Verts au Grand Conseil se sont ainsi mobilisés en acceptant de se prêter au jeu et de prononcer des phrases que les couples hétéros ont la chance (ou pas) d’entendre dans leur quotidien.

L’initiative populaire «Pour le couple et la famille – Non à la pénalisation du mariage» a été déposée par le PDC en novembre 2012 en même temps que l’initiative pour l’exonération de l’impôt des allocations pour enfants. Cette initiative vise à supprimer les désavantages qui frappent certains couples mariés par rapport aux couples concubins dans le domaine de l’impôt fédéral direct. Par conséquent, la Constitution fédérale devrait être complétée comme suit: «Le mariage est l’union durable et réglementée par la loi d’un homme et d’une femme. Au point de vue fiscal, le mariage constitue une communauté économique. Il ne peut pas être pénalisé par rapport à d’autres modes de vie, notamment en matière d’impôts et d’assurances sociales.» Le Conseil national, le Conseil des États et le Conseil fédéral ont rejeté cette initiative sans proposer de contre-projet.

Plus d’informations sur www.verts-ge.ch ainsi que sur la page du comité unitaire des opposants à l’initiative du PDC www.avancons-ensemble.ch

Posted: février 16th, 2016
Categories: Genève, Politique, Suisse
Tags: , , , , ,
Comments: No Comments.