Femmes: demander l’égalité et avoir systématiquement moins.

Une photo du G20 où tous les hommes ont été enlevés / photoshoppés.Mon engagement politique a toujours été guidé par l’inclusion dans la société plutôt que par l’exclusion. De toutes et de tous. Femmes ou pas.

J’ai toujours été contre les quotas. J’ai toujours été contre les mesures de discrimination positive pensant que le principe d’inclusion qui me tenait à cœur, guidé par davantage de liberté et de choix, allait finalement l’emporter. J’ai toujours trouvé idiot le fait qu’on appelle à « voter femmes », alors même que certaines d’entre elles tiennent des positions diamétralement opposées aux miennes. J’ai toujours cru que l’égalité des chances entre les hommes et les femmes s’établirait naturellement et serait plus forte que des règles imposées sur le papier mais qui en fin de compte serait sans sincérité réelle. Je me suis toujours dit que l’égalité des femmes et des hommes n’était plus du tout une question chez les jeunes de mon âge et que le remplacement des générations verrait l’avènement d’une société plus juste et moins discriminatoire.
J’ai cru à tout ça.

Je ne compare pas ici la place de la femme dans les années 60 à celle des années 2010, bien entendu. Mais force est de constater dans ma petite vie qui a commencé en 1981, les choses n’ont que trop peu évolué. Les avancées sont si timides qu’il suffit d’un seul petit recul pour anéantir tous les progrès que j’ai eu l’impression de vivre.

Le nombre de femmes élues en Suisse ne cesse de reculer, les propos sur la place des femmes pullulent dans les médias, le congé paternité (essentiel pour plus d’égalité) fait du surplace dans notre pays, l’avortement a été remis en cause dans plusieurs pays (Espagne, Portugal, Suisse), l’égalité salariale n’est de loin pas acquise, etc.

Oui, désormais, j’ai envie que les choses aillent plus vite car c’est une évidence, une nécessité. Les paramètres sont si nombreux (économiques, politiques et sociétaux) et la tâche est donc si grande qu’elle en paraît désespérante. La solution ne viendra pas de la société, elle viendra de politiques courageuses qui sauront créer un cadre légal favorable à l’égalité.

Oui, désormais, je demanderai plus pour les femmes car je sais qu’elles auront systématiquement moins de la société.

Posted: mars 8th, 2016
Categories: Politique, Quotidien
Tags: , ,
Comments: No Comments.