Posts Tagged ‘conseil fédéral’

Journée du malaise pour le Président de la Confédération

Malaise en Suisse romande. La Journée des Malades était placée ce dimanche sous le signe du rire. Le Conseil Fédéral a l’habitude de diffuser ses allocutions lors des votations et élections, le jour de la fête nationale, mais aussi lors de la Journée des Malades justement. L’allocution de Johann Schneider-Ammann, Président de la Confédération, n’était pas vraiment attendue mais a créé un véritable buzz suite à la diffusion de sa vidéo sur la RTS et que vous trouverez ci-dessous. On y voit un Président de la Confédération, maladroit dans son français et dans son attitude, plus austère que jamais, qui tranche avec son discours dont le fil du conducteur est le rire. Un moment digne d’une parodie qui n’a pas échappé aux réseaux sociaux en Suisse et qui ont massivement partagé l’allocution avec un regard plus que moqueur… Une chose est sûre, cette vidéo a atteint son objectif en faisant rire bon nombre d’internautes.

Posted: mars 6th, 2016
Categories: Politique, Suisse
Tags: , , , ,
Comments: No Comments.

Le PLR a choisi ses candidats officiels

Si le choix du PLR de présenter Didier Burkhalter est logique, celui de Christian Lüscher est plus étonnant. En temps de mariage, Monsieur Radical montre sa bienveillance à l’égard de Madame Libérale. Il est surprenant que la candidature de Pascal Broulis n’ait pas été retenue. Le président du Conseil d’Etat vaudois avait tous les atouts de son côté pour représenter le troisième canton le plus peuplé de Suisse. Son expérience de gestionnaire n’était d’ailleurs contestée par aucun parti. Du côté vaudois, tout n’est pas perdu grâce à la tradition qui veut que les membres de l’exécutif suisse ne proviennent jamais du même Canton: la porte du Conseil Fédéral est maintenant grande ouverte pour Pierre-Yves Maillard qui pourrait profiter du départ Micheline Calmy-Rey. Mais jusqu’à la désignation du successeur de Pascal Couchepin, le chemin est encore bien long et une surprise du côté PDC ou même UDC n’est pas à exclure.

L’élection du Conseil fédéral par le peuple, est-elle une bonne idée?

carte linguistique de la suisse

Il est dans l’air du temps de discuter de l’élection de notre exécutif fédéral par le peuple. Ce projet est défendu par les milieux proches de l’UDC. Suite à l’élection d’Evelyne Widmer Schlumpf au Conseil fédéral à la place de Christophe Blocher, l’UDC a considéré que le peuple n’aurait jamais commis une « telle infamie » et aurait reconduit sans problème son leader.  Les partisans de l’élection du Conseil fédéral par le peuple ajoute que cela ne poserait aucun problème avec la représentativité de chaque région linguistique, car on créerait une « circonscription » romande qui élirait 2 conseillers fédéraux sur les 7!

Cette proposition est périlleuse pour la cohésion de notre pays. Contrairement à la Belgique, aucune instance politique n’a jusqu’ici relayé le clivage Romand-Alémanique dans son ensemble et de manière si claire institutionnellement. L’existence des cantons a empêché dans l’histoire suisse tout émergence de mouvements indépendantistes en Romandie. L’identité linguistique francophone a été diluée et affaiblie par l’identité des cantons, plus petits, moins spécifiques et donc moins aptes à faire émerger culturellement une identité nationale.
Si les Romands étaient appelés à choisir leurs dirigeants nationaux, une identité plus forte que celle des Cantons se créerait sur le moyen terme, au minimum sur les enjeux d’intérêt national. Ces Conseillers Fédéraux romands pourraient même être vus comme les garants et les défenseurs des valeurs romandes et francophones au niveau suisse.

Il n’y aurait donc meilleure manière pour remettre en cause notre pays et ce qui fait son identité.

Posted: mai 21st, 2008
Categories: Politique, Suisse
Tags: , , , , ,
Comments: 1 Comment.

La Conseillère Fédérale Eveline Widmer-Schlumpf

La Suisse n’aime pas les révolutions, les changements politiques rapides, mais il faut le souligner, les Helvètes ont été servis ces derniers jours. Christoph Blocher est évincé par le parlement par Eveline Widmer-Schlumpf et l’UDC, son parti, fait pression sur la nouvelle élue pour qu’elle n’accepte pas son élection, autant d’éléments qui ont remué le pays ces derniers jours.

Eveline Widmer-Schlumpf a finalement accepté son élection au Conseil fédéral. Cette ministre des finances du Canton des Grisons se trouve propulsée du jour au lendemain à la charge politique la plus importante de la 19ème puissance mondiale. Le problème, c’est que l’UDC son parti ne la soutient plus au motif que celle-ci n’était pas la candidate officielle et qu’elle ne correspond pas au « courant majoritaire du parti ».

C’est qu’à l’UDC on aime pas les courants minoritaires: on les utilise pour gagner des élections dans plusieurs cantons, mais on les oublie lorsqu’il faut mettre en avant Christoph Blocher. Avant l’arrivée du tribun zurichois, le parti faisait 10-11% des voix au niveau suisse et obtenait un vote centriste paysan et les études le montrent, ces électeurs là votent encore pour le parti. L’UDC devra gérer ses différentes tendances. Au vu de ce qui s’est passé au parlement où une série d’élus UDC plus centristes ont été écartés des commissions parlementaires, cela risque d’être compliqué.

Le peuple désigne le parlement. Le parlement désigne le Conseil fédéral. L’UDC est amer car à force d’afficher Blocher partout pendant les élections fédérales et d’être le parti à avoir obtenu le plus de suffrages, le parti estimait que l’élection du tribun zurichois était assurée. La Constitution est ainsi fait que le parlement a tout loisir de choisir ses conseillers fédéraux. La Constitution est justement ainsi prévue pour que l’exécutif soit lissé, gère le pays et ne fasse pas campagne en permanence. On le sait, l’UDC a beaucoup de peine à accéder aux fonctions exécutives dans les autres élections populaires. Le parlement n’a reçu que pour seul message du peuple: donner à l’UDC 29% des sièges du Conseil fédéral. Le parlement a donc respecté son engagement avec le peuple.

Ce qui est le plus marquant aussi dans cet épisode politique, c’est l’action du centre-droit. La Conseillère d’Etat a été élue par le PDC et une partie des Radicaux. La gauche et les Verts n’ont pas voté pour l’UDC, tout comme l’UDC qui n’a pas voté pour les deux Conseillers fédéraux socialistes. N’en déplaise à l’UDC, Madame Widmer Schlumpf n’a pas fait basculé d’un coup le Conseil fédéral à gauche. Il n’y a que deux socialistes au Conseil Fédéral et les autres membres de l’exécutif se reconnaissent eux-mêmes comme issus de partis bourgeois.

L’UDC oublie qu’on peut être de droite et ne pas être en accord avec l’UDC, tout comme on peut être de gauche et être en désaccord avec l’extrême-gauche. Il y a une tendance naturelle pour les électeurs de droite à considérer que seul l’UDC parle vrai et qu’il mène une « vraie politique de droite ». Je conteste ce genre de tendance qui considère que la pureté idéologique se trouve aux extrêmes. On retrouve souvent ce même type de sentiment chez une partie de la gauche vis-à-vis de l’extrême-gauche.

Ce n’est en effet pas ces politiques tranchées qui ont fondé notre pays, mais l’explication, la discussion, l’opposition constructive et le respect des institutions politiques. « L’UDC blochérienne », comme le disent les membres eux-mêmes, progressera encore lors des prochaines élections fédérales au détriment d’une force ou de l’autre. L’UDC fait planer cette menace, mais à moins d’atteindre plus de 50% des voix, il est à parier que le parti agrarien devra trouver des alliés, arrêter les provocations et lisser son discours, s’il veut jouer un rôle moteur au gouvernement.

Blocher en mouton noir
Image humoristique montrant Christoph Blocher en mouton noir et qui a commencé à circuler dès mercredi après-midi par internet.

Le nouveau cantique suisse?

Nous n’étions pas sans savoir que la limite entre le people et le politique était en train de disparaître, mais en Suisse on est passé à la vitesse supérieure. Micheline Calmy-Rey, la présidente de la Confédération, était en effet à l’émission des Coups de coeur d’Alain Morisod pour pousser la chansonnette, sur les trois cloches. Ecoutez un peu…

Je propose désormais que le Conseil fédéral soit choisi par le public.
Tapez 1 pour garder Blocher, tapez 2 pour garder Merz et ainsi de suite.

A quand également une initiative similaire dans d’autres pays:

Sarkozy qui nous chanterait « Ca plane pour moi »
Merkel, « La bonne du Curé »
Tony Blair, « Je suis venu te dire que je m’en vais »

Enfin bravo tout de même à Micheline qui n’a pas déraillé!

Posted: mai 20th, 2007
Categories: Fun, Politique, Suisse
Tags: , , ,
Comments: No Comments.