Posts Tagged ‘parti radical’

Les partis politiques genevois en chanson!

A l’approche des élections du 11 octobre 2009, il m’arrive parfois d’entendre des chansons à la radio, sur internet qui me rappellent particulièrement l’actualité. Je me suis donc amusé aujourd’hui à trouver des chansons qui collaient parfaitement aux partis politiques genevois en campagne!

Les Verts

 

___________________________
Parti Libéral

___________________________
Parti Radical

___________________________
PDC

___________________________
Solidarités/PdT

 

___________________________
Association défense des aînés, des locataires, de l’emploi et du social


___________________________

UDC – Genève

Pronostics pour les élections 2009 au Grand Conseil

Comme à chaque élection, je fais mes pronostics. Pour ceux du Grand Conseil genevois, je me suis basé sur les résultats des dernières élections (Fédérales 2007, Constituante 2008), ainsi que sur le pouvoir de chaque parti d’influencer ses électeurs pour les votations de ce dimanche (27 septembre). J’y ai ajouté une légère note personnelle selon les impressions que j’ai de la campagne actuelle:

Défense des aînés, locataires, emploi, social: 5.14% (0 siège)
solidaritéS/Pdt: 7.97% (+8 sièges)
Les Socialistes: 14.01% (15 sièges; -2 sièges par rapport à 2005)
Les Verts: 14.16% (15 sièges; -1)

Démocrate-Chrétien: 9.98% (11 sièges; -1)
Radical: 10.36% (11 sièges; -1)
Libéral: 19.46% (21 sièges; -2)

UDC: 9.97% (10 sièges; -1)
MCG 8.95% (9 sièges; =)

Le PLR a choisi ses candidats officiels

Si le choix du PLR de présenter Didier Burkhalter est logique, celui de Christian Lüscher est plus étonnant. En temps de mariage, Monsieur Radical montre sa bienveillance à l’égard de Madame Libérale. Il est surprenant que la candidature de Pascal Broulis n’ait pas été retenue. Le président du Conseil d’Etat vaudois avait tous les atouts de son côté pour représenter le troisième canton le plus peuplé de Suisse. Son expérience de gestionnaire n’était d’ailleurs contestée par aucun parti. Du côté vaudois, tout n’est pas perdu grâce à la tradition qui veut que les membres de l’exécutif suisse ne proviennent jamais du même Canton: la porte du Conseil Fédéral est maintenant grande ouverte pour Pierre-Yves Maillard qui pourrait profiter du départ Micheline Calmy-Rey. Mais jusqu’à la désignation du successeur de Pascal Couchepin, le chemin est encore bien long et une surprise du côté PDC ou même UDC n’est pas à exclure.

Conseil d’Etat: les jeux sont faits?

Les élections au Grand Conseil et au Conseil d’Etat, c’est déjà demain. En 2009, le parlement et le gouvernement seront entièrement renouvelés. Les partis commencent à avancer leurs pions et à définir leurs stratégies: les Libéraux ont déjà désigné leurs deux candidats, le MCG commence à se victimiser, le PDC a renouvelé sa confiance en son Conseiller d’Etat, etc. Tout se met en place. Voici ci-dessous un bref état des lieux pour le Conseil d’Etat:

Du côté de l’Alternative, l’enjeu sera de rester majoritaire à l’exécutif. Difficile mais pas impossible! La présence de deux Verts est souvent considérée comme un « épiphénomène ». Du côté du PS, il sera difficile de convaincre, car les deux Conseillers d’Etat ne se sont vraiment pas démarqués. Moutinot qui est en perte de vitesse depuis près de 4 ans, a été rejoint récemment par Charles Beer dont la gestion des votations sur le cycle d’orientation a été critiquée. Pour l’Entente, il s’agira de reprendre la majorité: avec la présence d’un candidat libre UDC ou MCG, il sera difficile pour les partis de l’Entente de mobiliser plus d’électeurs que la gauche.

Les Verts: un ticket mixte (du fait de la parité) David Hiler – Michèle Künzler est le plus probable. On ne peut pas exclure une candidature également de Fabienne Bugnon. David Hiler ne devrait avoir aucun souci à se faire réelire: apprécié de gauche à droite, son bilan et sa gestion du département des finances sont salués. Michèle Künzler obtient d’excellents résultats à chaque élection (tutoyant par exemple le score de Patrice Mugny lors des dernières élections municipales), mais est peu connue à l’extérieur des Verts. Ce sera là tout l’enjeu de la campagne pour maintenir deux Verts à l’exécutif.

Les Socialistes: Alors que Charles Beer devrait être reconduit sans problème dans ses fonctions par le parti, il est plus difficile de dire à l’heure actuelle qui sera sa colistière. Les femmes sont en effet beaucoup mieux positionnées, bien qu’une candidature de Manuel Tornare ne soit pas à exclure complètement.Tout devrait donc se jouer entre Anne Emery Torracinta et Véronique Pürro. Les styles différents des deux candidates à la candidature risquent de diviser les Socialistes et affaiblir le double-ticket, et donc une majorité de gauche à l’exécutif.

PDC: Aucun souci pour Pierre-François Unger. Au vu de son score lors des dernières élections et de sa relative discrétion pendant la législature, le magistrat PDC devrait être réélu sans problème. Seule ombre au tableau, sa gestion de l’interdiction de la fumée dans les lieux publics: une loi qui s’est faite attendre au point de rétablir le tabac dans les cafés et restaurants du Canton! Heureusement pour lui, c’est l’ensemble du Conseil d’Etat qui a été critiqué… de diluer sa responsabilité dans le dossier. En voyant les scores actuels du PDC et des Evangéliques (qui grignotent désormais plus de 1% dans l’électorat des démocrates chrétiens!), il y a peu de chance de voir poindre un double-ticket.

Radicaux: François Longchamp ne devrait pas avoir de souci à se faire. Bien au contraire! Il n’est pas impossible que le Radical mène le bal lors des prochaines élections. Relativement discret, celui-ci n’a fait aucune bourde importante pendant ces quatre ans. Sa gestion des dossiers est appréciée, la création des emplois de solidarité a même réussi à convaincre une partie de la gauche. Le double-ticket est plus probable que chez les démocrates chrétiens, mais tout de même difficilement imaginable. Hugues Hiltpold sera peut-être sur les rangs. Les Radicaux reviennent en ce moment à la case départ: après l’élection de Maudet et de Longchamp, la relève peine à se profiler…

Parti Libéral: Les jeux sont faits dans ce parti. Personne ne doutait de l’élection de Mark Müller et d’Olivier Jornot. Et pourtant, l’assemblée générale des Libéraux a décidé de lancer une magistrate communale pour accompagner Mark Müller. Ce dernier devrait être réélu sans problème: non pas parce qu’il a fait des merveilles au Conseil d’Etat, mais tout simplement parce que la puissance électorale des Libéraux est plus forte de notre Canton. L’enjeu sera donc bel et bien de faire passer Isabel Rochat, une libérale (plus humaniste et moins économique) afin d’obtenir la majorité à l’exécutif. Une candidate qui ne fait pas de vague et qui devrait plaire aux autres partis de l’Entente qui ne présenteront probablement aucune femme.

Les Outsiders: Seuls, point de salut! Tel pourrait être le slogan du MCG et de l’UDC. Il est impossible pour ces deux mouvements de passer un de leurs candidats en partant seul à l’élection du Conseil d’Etat. Ces deux mouvements, même en considérant un soutien très fort de la population, ne pourront jamais obtenir plus de voix que l’Entente ou l’Alternative. Eric Stauffer et Yves Nyddegger ne devraient donc pas faire leur entrée de si tôt à l’exécutif du Canton de Genève. D’autant plus que leurs personnalités tranchées ne jouent pas en leur faveur. On voit mal l’électorat modéré les rajouter sur leur bulletin! Pour l’extrême-gauche, il est difficile à l’heure actuelle de savoir si celle-ci va se regrouper: une candidature n’est pas à écarter, mais il est peu vraisemblable que ces mouvements se lancent dans la course à l’exécutif qu’ils ont tant décrié. Néanmoins, à ce jeu là, on s’imagine mal voir Vanek ou Grobet se présenter… Jocelyne Haller ou Janine de Haller serait les mieux positionnées.